Saint-Mandé, petite commune située entre Vincennes et Paris, affiche des prix immobiliers assez élevé en raison de sa forte attractivité. Peuvent-ils continuer à grimper ? Réponse avec Michael, agent immobilier à Vincennes. 

Comment se situent les prix à Saint-Mandé ?

« On trouve à Saint-Mandé un marché immobilier extrêmement dynamique, puisque chaque bien en vente part très rapidement : la ville est attractive car petite (l’arrêt de métro Saint-Mandé n’est jamais à plus d’un kilomètre et demi) et bien pourvue en infrastructures. Résultat : les prix immobiliers sont légèrement supérieurs, en moyenne, à ceux de Vincennes – qui est pourtant déjà très chère ! 

Ainsi, les prix moyens des appartements flirtent avec les 9 000 euros le mètre carré, sauf sur les rues donnant directement sur le périphérique parisien – le Boulevarde la Guyane notamment, ndlr -, et les 10 000 euros pour les maisons. Ces indices sont sensiblement les mêmes depuis la hausse post-crise de 2008 : depuis 2010, les prix restent assez stables voire un peu à la baisse certains mois. »

Quelle évolution attendre des prix de l’immobilier ?

« Cela va surtout dépendre de l’évolution des taux d’intérêt. A court terme, les taux devraient encore rester stables et les prix de l’immobilier suivre la même évolution. Mais attention, une fluctuation des taux, même minime, peut déclencher plusieurs mécanismes : à très court terme une augmentation des prix moyens (les acheteurs craignant, en cas de hausse, la fin des taux bas ; ou à l’inverse, profitant d’un effet d’aubaine) puis une baisse sur le moyen terme. Les prix ont en effet grimpé à un niveau inédit, et il ne serait pas surprenant de constater une « correction », même si les taux d’intérêts restent bas. A ce niveau, nous conseillons aux vendeurs de ne pas tarder à mettre leur bien sur le marché : impossible en effet de prévoir à quel moment cette mini-« bulle » va s’arrêter. 

Il est à préciser aussi que les communes de la proche couronne (dont Saint-Mandé fait partie) sont moins concernées, actuellement, par les investissements des primo-accédants : à l’inverse de Montreuil ou Vincennes (extension des lignes 1 et 9), le Grand Paris a déplacé la « tension immobilière » vers des banlieues plus enclavées, dont Saint-Mandé ne fait pas partie. Le marché reste tendu, mais plus sur des biens de standing et des investissements d’opportunité (locatifs ou d’investisseurs). »

Michael La Rocca est agent immobilier à Vincennes. Il réalise des estimations immobilières à Paris et en Île-de-France, proposant des ventes avec ou sans commission. Il est expert sur le marché immobilier de l’est parisien, et a lancé sa propre agence (L’Immobilier sur Mesure) depuis plusieurs années.